ostéopathie articulaire

L'objectif de l'ostéopathie articulaire (musculo squelettique)

Tout d’abord, les techniques ostéo-articulaires ont pour but de lever une dysfonction du système musculo squelettique. On définit une dysfonction comme une altération de la mobilité, de la viscoélasticité ou de la texture des composantes du système somatique. Elle s’accompagne ou non d’une sensibilité douloureuse.

Les techniques de la sphère musculo squelettique

1- Manipulation (Type Thrust) :

C’est une manœuvre unique, rapide et de faible amplitude. Elle s’applique directement ou indirectement sur une composante du système somatique en état de dysfonction. Son objectif est donc de restaurer les qualités de mobilité, de viscoélasticité ou de texture.

La manipulation porte la composante concernée au-delà de son jeu dynamique constaté lors de l’examen, sans dépasser la limite imposée par son anatomie.
Appliquée sur une articulation ou sur un ensemble d’articulations, elle peut s’accompagner d’un bruit de craquement (phénomène de cavitation?) qui n’en constitue cependant pas nécessairement un indice et qui est sans valeur pronostique.

2- Une mobilisation (type TGO)

C’est un mouvement passif parfois répétitif, de vitesse et d’amplitude variables. Elle s’applique sur une composante du système somatique en état de dysfonction.

3- Les techniques musculaires

On peut dire que ce sont des techniques complémentaires voire alternatives aux techniques structurelles. Il en existe de nombreuses :

– Techniques des tender points de Jone’s

– Techniques myotensives (principe du contracté relâché) dont les Techniques d’énergie musculaire de Fred Mitchell :

Elles se réalisent en 2 temps en suivant :

  • Protocole d’énergie musculaire : Afin de rétablir l’intégrité et l’équilibre d’un groupe musculaire par l’intermédiaire des différents types de contractions musculaires. Le protocole d’énergie musculaire s’applique sur les membres supérieur et inférieur (muscles) ainsi que sur les articulations des ceintures (muscles). Ils se pratiquent sur les mouvements majeurs d’une articulation (meilleure coordination motrice et rééquilibration des muscles  en bilatéral).

  • Correction articulaire à partir d’une technique myotensive : Elle consiste à rétablir l’intégrité et la mobilité d’une articulation par l’intermédiaire d’un muscle ou d’un groupe musculaire.

4- Techniques fonctionnelles 

Enfin, les techniques fonctionnelles ostéopathiques appartiennent aux techniques dites « douces » Etant donné qu’elles ne dépassent jamais la barrière tissulaire, les techniques fonctionnelles ne s’accompagnent pas du fameux « crack ».

Elles s’adressent essentiellement à tous les tissus conjonctifs ou « fascias » en dysfonction de notre organisme.

Pour terminer, comme leur nom l’indique, elles ont pour but de rendre leur fonction aux tissus conjonctifs du corps humain.