ostéopathie viscérale

Les manipulations de l'ostéopathie viscérale

La finalité de l’ostéopathie viscérale est d’améliorer la physiologie d’un organe en lui rendant sa mobilité et sa motilité.

La mobilité et motilité de l’organe sont les éléments d’une bonne homéostasie. (État d’équilibre intérieur d’un organisme face à des modifications du milieu extérieur.)

La manipulation viscérale est le fait de relancer la mobilité ou la motilité d’un organe, par des appuis spécifiques et légers. Dans cette notion de relance apparaît tout le respect que l’ostéopathe accorde à l’organisme : relancer pour assurer l’autocorrection de l’organisme.

Les mouvements viscéraux

L’ostéopathie viscérale s’intéresse aux mouvements des viscères du corps qui « s’articulent » et se mobilisent entre eux. Chaque viscère ou organe est soumis à plusieurs types de mouvements. Il est possible de les diviser en trois catégories : la motricité, la mobilité et la motilité.

Un facteur essentiel de la stabilité des viscères est constitué par le jeu des pressions qui s’exercent dans les différentes cavités du tronc. De même, la stabilité de cette colonne viscérale est sous la dépendance de la qualité de la paroi abdominale. En cas de déficience, on assiste à une mauvaise répartition des charges de pression. Les viscères subissent alors de fortes contraintes mécaniques qui mettent en tension les structures qui les maintiennent.

L'ostéopathie viscérale et ses pathologies qui intéressent l'ostéopathe

Le bon fonctionnement de la sphère viscérale est dépendant de la bonne mobilité des organes qui la composent. À l’inverse, la dysfonction ou fixation viscérale est le fait pour un organe de perdre en partie ou en totalité, la faculté de bouger. Toute entrave au mouvement viscéral prédisposera l’organe à une mauvaise physiologie qui se traduira par des troubles fonctionnels. La cause de la fixation peut siéger au niveau de différentes structures du système viscéral : surfaces de glissement et moyens d’union, elle peut également siéger dans les parois de l’organe lui-même. Il existe différents types de dysfonctions viscérales auxquelles s’adresse l’ostéopathe, ce sont les adhérences, les ptoses, et les viscérospasmes.

L'objectif de l'ostéopathie viscérale

Il s’inscrit dans un contexte d’approche globale du patient, en collaboration des manipulations musculo-squelettiques et craniosacrées. L’ostéopathie viscérale cherche à relancer les différents mouvements physiologiques de l’organe.

Dans la conduite du traitement, l’ostéopathe part d’une approche générale du patient, pour progressivement converger vers la détermination d’un problème local, afin de le traiter de manière spécifique. Ici comme ailleurs, les lois de précision et de la moindre force doivent être appliquées. Plus le mouvement est précis, moins la force manipulatrice doit être importante.

Effets des manipulations viscérales

Dans un premier temps, les manipulations viscérales ont une action locale évidente. Dans un second temps, tous les influx nerveux, générés par ces manipulations, viennent informer le système nerveux central sur ce qui se passe dans le corps et autour de lui. C’est lui qui au final va permettre que les manipulations viscérales aient un effet général et durable. Si le praticien relance la mobilité et la motilité d’un organe déficient, tout le système viscéral va se mettre en route et permettre à l’organisme de retrouver son équilibre.